Stefaan est né à Niel, un village de briqueteries aux portes d'Anvers. En tant que fils de l'artiste et peintre publicitaire Louis Eyckmans, il arrive très jeune en contact avec la peinture et les pinceaux. Son père va rester son grand professeur et mentor toute sa vie. Pendant ses années d'études à Anvers Stefaan est fortement influencé par les Primitifs Flamands, les peintres de natures mortes du 17e siècle et puis les peintres réalistes d'Anvers comme Willem Dolphyn. Plus tard encore, la technique plus épaisse du Hollandais Henk Helmantel et les compositions austères de l'Italien Giorgio Morandi, montrent leurs traces dans ces œuvres.

Après une formation de dessinateur de caractères et illustrateur, Stefaan va travailler dans la publicité pendant quelque temps. Mais de plus en plus, il se concentre sur ses toiles. Le monde des messages publicitaires rapides et derniers délais libère de la place pour le silence de l'atelier, l'observation patiente et l'arrangement lent des compositions intemporelles.

A notre époque postmoderne où les académies officielles rejettent la beauté et les musées de 'beaux' arts sont réduits à des musées d'arts 'contemporains', Stefaan opte résolument pour la beauté comme une mesure objective. En 'pesant' les formes, en cherchant l'essentiel et la meilleure composition, l'artiste tente de créer une autre réalité pure. De ses tableaux émane un monde paisible et équilibré. Ses œuvres offrent des sorties de secours permettant de fuir le stress de notre société de consommation. La technique des coloris des maîtres anciens combinée avec les matériaux, les couleurs et les objets actuels, fait naître un réalisme contemporain qui s'enracine dans une tradition picturale séculaire.

Bien que réaliste et détaillée, les natures mortes de Stefaan découlent d'une abstraction bien composée. Déjà de loin les couleurs, les formes et l'éclairage subtil séduisent le spectateur. Seulement au rapprochement les œuvres montrent leurs détails surprenants.

Stefaan vit en France dans le Quercy Blanc, dans un petit hameau entre les vignobles de Cahors. Là, il travaille solitaire dans une grange rénovée à 'l'Ancien Presbytère de Troniac'.